écrit par Brigitte & JJ Rolland - © photos Brigitte Lachaud le 23 octobre 2016 0 Commentaire

Plus de 2.000 personnes au Grand Auditorium pour « Cannes goes to Mars« , cette grande manifestation pour Thales Alenia Space, en direct de la mission ExoMars, avec le premier atterrissage de l’Europe sur la planète rouge. 

Le faire-part a été diffusé par l’Agence spatiale européenne (ESA), vendredi 21 octobre : l’atterrisseur martien Schiaparelli s’est écrasé lors de sa descente vers la Planète rouge, mercredi 19 octobre. Largué quatre jours plus tôt par la sonde TGO (Trace Gaz Orbiter), il devait passer en six minutes, d’une vitesse de 21 000 km/h à 10 km/h seulement, afin de se poser sans encombre, dans la plaine équatoriale de Meridiani Planum.

Si le déroulé des opérations et les raisons de l’échec de cet atterrissage ne sont pas encore clairement déterminés, une paire de photos avant-après prise par la sonde américaine Mars Reconnaissance Orbiter ne laisse pas de doute.

On y devine une tache blanche, qui représente le parachute de douze mètres de diamètre de Schiaparelli. Et, à environ un kilomètre, une tache sombre d’environ quinze mètres par quarante, qui n’aurait pas dû s’y trouver si l’atterrissage avait eu lieu en douceur. « Elle est interprétée comme découlant de l’impact du module lui-même, après une chute libre bien plus longue que prévu, après que ses rétrofusées se sont éteintes prématurément », explique le communiqué de l’ESA.

Les ingénieurs de l’agence considèrent que Schiaparelli a fait une chute d’une altitude de 2 à 4 kilomètres, à une « vitesse considérable supérieure à 300 km/h ». Aucune chance pour que l’atterrisseur, qui devait communiquer pendant quelques jours, des données météorologiques et environnementales, soit encore en vie.

Dommage, car cette fantastique aventure spatiale a démarré dans les salles blanches de La Bocca, où l’atterrisseur Schiaparelli et l’orbiteur TGO (Trace Gaz Orbiteur) ont été construits.

Cannes veut s’affirmer comme grande ville européenne du spatial

C’est le message qu’a transmis le maire de Cannes, David Lisnard. « Cet exploit scientifique et industriel témoigne de l’excellence française. Il demande toute une logique scientifique qui se trouve à Cannes. » Et d’évoquer le soutien de la ville pour aider Thales Alenia Space à se développer à travers le programme Odyssée et les perspectives ouvertes, avec l’implantation d’une université autour de Thales Alenia Space et les projets d’aménagement lié à l’espace, au nautisme et à l’audiovisuel sur les terrains d’AnsaloBreda, le site de réparation ferroviaire tombé en déshérence. Une grande opération d’aménagement urbain porté par une vision : faire de Cannes une grande ville du spatial et du savoir.

Cette soirée « Cannes goes to Mars » donnait d’ailleurs une idée des synergies qui pouvaient être mises en œuvre entre les diverses activités cannoises d’excellence. les participants du Mipcom avaient été invités, et le palais avait mis sa pratique des grandes manifestations pour monter un vrai spectacle autour de cette aventure sur Mars. Une deuxième phase est déjà en cours à Cannes La Bocca.


Translate »
error: Contenu Protégé !!!