écrit par chris Lac le 22 janvier 2018 0 Commentaire

©L’IF-IGLOO DE GERBEROY COURONNE ARBRE DE L’ANNEE 2017

Cet automne, la forêt est très présente dans les imaginations, elle a conquis un très large public. Pour preuve, le succès récent du livre de Peter Wohlleben, garde-forestier allemand et fin connaisseur des arbres « La vie secrète des arbres »,et la  sortie en salles du documentaire « L’intelligence des arbres »… Soulignons, l’initiative heureuse du magazine « Terre Sauvage » et de l’Office National des Forêts (ONF) qui lancent, comme chaque année, depuis six ans, le Concours de l’arbre de l’année. Pour 2017, quatorze candidats étaient en lice avec pour objectif de mettre en valeur le patrimoine arboré français en récompensant des arbres de France sélectionnés pour leurs caractéristiques naturalistes, esthétiques, historiques.

Suite aux délibérations du Jury, présidé par Denis Cheissoux, journaliste et producteur de l’émission de France-Inter « CO2 mon amour » et composé de l’ONF, représenté par son directeur général, Christian Dubreuil, de Terre Sauvage, de la LPO et de l’association A.R.B.R.E.S. Les réats du concours de « l’Arbre de l’année 2017» ont été récompensés, à travers 3 prix : celui du public, du Jury et Coup de cœur.

Denis Cheissoux et Christian Dubreuil entourés des trois lauréats. Ph. Chris Lac

Cette année, le Prix du Public-qui a voté en grand nombre- a porté son choix sur l’If-Grotte du Jardin des Ifs, situé à Gerberoy dans l’Oise.

Madame Delphine Higonnet Lauréate du Prix du Public 2017. Ph. Chris Lac

Le Prix du Jury, a été décerné au Sophora du Japon du château de Montry ( Seine et Marne) région Ile de France.

Enfin, le Prix Coup de coeur a été attribué au Chêne de la réserve naturelle du bout du lac à Doussard,(Haute-Savie) en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Prix du public

L’If-grotte du jardin des Ifs à Gerberoy, région Hauts-de-France.

L’If-grotte, ou l’igloo de Gerberoy, ainsi que Delphine et Gilles Higonnet, propriétaires aiment surnommer cet arbre niché au creux de leur jardin à la française, dans le village médiéval de Gerberoy dans l’Oise (Hauts-de-France).

Cet arbre agé de plus de 400 ans en constitue le fleuron. Volontairement planté et entretenu depuis le XVIIème siècle comme un bonsaï pendant des générations successives de familles et de jardiniers attentifs, il a été maintenu à sa taille actuelle et dans sa forme géométrique en forme de dôme. Il est en fait constitué de six arbres différents, taillés en topiaire géante, qui au fil du temps, par marcottages et le travail de plusieurs générations d’hommes, se sont mêlés et confondus dans un entrelacement unique de branches. Delphine, la propriétaire, aime à souligner son rôle d’arbre protecteur : avec sa forme arrondie, il constitue un abri contre le vent, la tempête et la pluie, le soleil, la foudre… On peut y entrer à une dizaine de personnes. Ajoutons que l’if est une espèce en voie d’extinction dans le monde.

Visite du jardin du 28 avril au 15 octobre 2018 du mercredi au dimanche de 11h à 18h
Fermé le lundi et le mardi .Le restaurant « IF  » accueille les visiteurs au déjeuner

Terrasse avec superbe vue sur les jardins

Prix du Jury

Le sophora du Japon au château de Montry, région île de France.

L’histoire de ce sophora, c’est une histoire de résilience. Il pousse depuis plus de 140 ans dans le parc à l’anglaise du Domaine des Hautes-Maisons de Montry, en Seine-et-Marne. Les années passent. L’arbre vieillit. Son tronc se creuse de l’intérieur. Vient une tempête dans les années 1930. L’arbre se couche mais revit et pousse dans tous les sens. Il aurait pu périr, mais il s’est naturellement marcotté. Aujourd’hui, l’arbre déploie ses étonnantes ramifications étalées sur le sol avec une emprise de 1000 mètres carrés. On raconte que les personnes ayant tenté de l’abattre seraient mortes prématurément, comme si l’esprit de l’arbre luttait pour sa survie. Le château est désormais devenu un établissement pour l’insertion dans l’emploi. Mais la légende perdure. Et, en 2016, une promotion de volontaires a décidé de prendre le nom de « Sophora » par analogie : l’arbre a chuté, mais s’est relevé, tels les jeunes qui intègrent l’établissement avec le statut de « volontaires à l’insertion ».

PRIX Coup de coeur

Le Chêne de la réserve naturelle du Bout du Lac, Doussard (Haute-Savoie)). Rhône-Alpes-Auvergne.

Dernière grande zone marécageuse des bords du lac d’Annecy, la réserve naturelle du Bout du Lac constitue un milieu de vie exceptionnel, remarquable témoin de l’évolution des milieux depuis 20 000 ans .

Parmi les bois et boisements humides dispersés dans le marais, saulaies- aulnaies, trône un grand chêne au port harmonieux, avec un tronc large et robuste et un houppier volumineux .Avec sa circonférence imposante de plus de 4 mètres, sa hauteur d’environ 20 mètres et son âge estimé entre 220 et 250 ans, ce géant est promis à un bel avenir, car étant encore en devenir, il est protégé et choyé. L’environnement, avec en arrière-plan les montagnes calcaires du massif des Bauges constitue un écrin grandiose pour cet arbre emblématique de la réserve naturelle. Il est particulièrement accueillant puisque de nombreuses espèces d’oiseaux forestiers le fréquentent : pics, sittelles, grimpereaux, mésanges. De bonnes raisons pour porter une attention toute particulière.Crédit photo : Emmanuel Boitier

Roquebrune-Cap-Martin : son olivier est le plus vieil arbre de France

Le plus vieil arbre en France serait un olivier situé à Roquebrune-Cap-Martin, qui aurait probablement été planté à l’époque de Jésus-Christ , il y a 2.000 ans. Il est considéré comme l’un des plus vieux du monde. Les arbres peuvent vivre très très vieux. Ailleurs dans le monde, il y aurait en Iran un cyprès âgé de 4.000 ans, et en Californie un chêne de 13.000 ans.

L’ONF et la forêt française

Les arbres contribuent à la bonne vitalité de notre écosystème. Ils sont même indispensables à notre survie sur terre puisqu’ils dégagent de l’oxygène et de l’eau à travers la vapeur d’eau. De plus, ils absorbent le dioxyde de carbone présent dans l’atmosphère, ce qui régule parfaitement le cours des choses et qui porte le nom de photosynthèse. Chaque année, en France, la forêt progresse, en dépit de ce que l’on pourrait penser. La surface a même doublé en deux siècles. En Europe, c’est la 3é forêt en volume sur pied, derrière l’Allemagne et la Suède.Elle recouvre 30% du territoire métropolitain. C’est une forêt très riche en biodiversité avec notamment 130 essences différentes recensées.24% des surfaces sont occupées par des chênes. L’ONF (Office national des forêts) gère environ 25% de forêts publiques (Etat et collectivités), le reste appartenant à 3,5 millions de particuliers.

 


Translate »
error: Contenu Protégé !!!