écrit par Brigitte & JJ Rolland - © photos Brigitte Lachaud le 20 juin 2017 0 Commentaire

Monsieur Jean-Luc Biamonti, Président délégué de la Société des Bains de Mer, nous conviait à la conférence de presse , ce 13 juin 2017, à l’Hôtel Hermitage, Salle Belle Epoque, Monte-Carlo, où ont été annoncés les résultats consolidés de l’exercice 2016-2017.

La Société des Bains de Mer a accru son déficit clos, le 30 mars dernier. Opérationnel déficitaire de 32,8 millions d’euros contre, 31 millions d’euros pour l’exercice précédent, les incidences de la baisse d’activité dans le secteur jeux, se conjuguant à l’impact des travaux de l’Hôtel de Paris et les coûts inhérents aux nouvelles conventions collectives, jeux de table et appareils automatiques.

La Société des Bains de Mer et ses filiales ont réalisé au cours de l’exercice 2016/2017 un chiffre d’affaires de 458,8 millions d’euros contre 461,4 millions en 2015/2016. Le recul de l’activité observé dans le secteur jeux se trouve en effet partiellement compensé, par les progressions du secteur hôtelier et du secteur locatif. A noter que le secteur hôtelier reste fortement pénalisé par la perte de chiffre d’affaires consécutive aux travaux engagés pour l’Hôtel de Paris.

Le secteur jeux, présente un chiffre d’affaires de 201,7 millions d’euros, contre 213,6 millions d’euros en 2015/2016, en baisse de 6 %. Cette évolution résulte principalement de la dégradation des recettes jeux de table, en baisse de 9 % au cumul de l’exercice. En dépit d’une progression de la fréquentation de la clientèle des jeux de table, il a été en effet constaté une diminution des enjeux au cumul des établissements. Le chiffre d’affaires des appareils automatiques, s’inscrit également en baisse de 3 %. Cette évolution contraste avec la progression de 11 %, qui avait été enregistrée en 2015/2016 et résulte d’un taux de redistribution plus favorable aux joueurs.

Le chiffre d’affaires hôtelier s’établit à 218,5 millions d’euros contre 213,2 millions d’euros en 2015/2016. Le secteur hôtelier présente ainsi une bonne résistance de ses activités, malgré la capacité réduite de l’Hôtel de Paris durant les travaux, et l’impact des événements tragiques survenus à Nice. Cette évolution favorable malgré un mois d’août en retrait, notamment en termes de fréquentation, trouve son origine dans une meilleure activité du Monte-Carlo Bay Hôtel et de l’Hôtel de Paris.

Par ailleurs, le passage à une rémunération fixe des salariés de plusieurs établissements de restauration, précédemment rémunérés au service réparti au personnel, s’est traduit par une hausse du chiffre d’affaires de près de 4 millions d’euros.

Le secteur locatif, qui regroupe les activités de location de boutiques et de bureaux, ainsi que les activités des résidences du Monte-Carlo Bay, du Balmoral et des nouvelles villas du Sporting, présente un chiffre d’affaires de 39,4 millions d’euros, soit une augmentation de 9 %, par rapport à l’an passé. Cette hausse résulte de la mise en location de nouveaux espaces.

Enfin, le secteur autres activités présente un chiffre d’affaires annuel de 14,3 millions d’euros, contre 13,6 millions d’euros l’exercice précédent. Le résultat opérationnel du Groupe S.B.M. s’établit en déficit de 32,8 millions d’euros, contre une perte opérationnelle de, 31 millions d’euros pour l’exercice précédent.

Ce déficit reste tout d’abord lié à la conduite du projet de rénovation de l’Hôtel de Paris, dont les impacts défavorables sur le résultat opérationnel s’élèvent à près de 17 millions d’euros pour l’exercice écoulé, soit un impact identique à celui de l’exercice 2015/2016.

Les pertes d’exploitation inhérentes à la capacité réduite d’accueil de l’Hôtel de Paris restent toutefois conformes aux prévisions, qui tablaient sur des pertes supérieures à 50 millions d’euros, sur la durée totale des travaux.

 

 


Translate »
error: Contenu Protégé !!!