écrit par Brigitte & JJ Rolland - © photos Brigitte Lachaud le 31 janvier 2017 0 Commentaire

Tradition oblige, La cérémonie des vœux 2017 du maire de Cannes, David Lisnard, s’est déroulé à la Rotonde Lérins, au Palais des Festivals et des Congrès.

Plus de 2 500 d’entre eux sont venus assister à cette cérémonie. Tour d’horizon des grands défis qui attendent Cannes en 2017.

Tradition respectée pour le maire de Cannes, qui a dressé le bilan de l’année écoulée marquée par la sécurisation de la ville, dans le cadre du premier plan communal en France de prévention du risque terroriste, avec 5 millions de travaux prévus, la performance budgétaire qui permet de dégager

un excédent de plus de 30 millions d’euros, de baisser la dette de près de 35 millions d’euros, de réduire les dépenses, et réaliser 25 millions d’euros d’économies sur le mandat, enfin les grandes réalisations de l’année avant d’annoncer celles de 2017.

Dans un discours chargé de lucidité et d’espérance, David Lisnard a également abordé la situation de la France sur le plan intérieur comme à l’international, les forces et les faiblesses du pays pour rebondir, soulignant notamment l’affaiblissement de la voix de la France dans la gestion des conflits :

un affaiblissement considérable qui tient notamment au manque de crédibilité du pouvoir exécutif actuel, à de mauvais choix du président de la République, à une diplomatie qui oublie sa singularité qui avait fait sa force depuis le général de Gaulle, et certains fondamentaux des relations internationales.

“La guerre est la continuation de la politique par d’autres moyens” selon la célèbre formule de Clausewitz. Pour faire de la bonne diplomatie, je crois qu’il est préférable de relire Clausewitz et Sun Tzu que d’écouter BHL.


Translate »
error: Contenu Protégé !!!