C’est sous le soleil de la Principauté devant les yeux des fans de retour en tribunes, et dans le cadre authentique et magique du circuit, le Grand Prix de Monaco Historique, 12e de son histoire, reste fidèle à cet engagement en célébrant notamment le premier succès de Ferrari en Championnat du Monde…

L’édition 2020, fidèle à cet axe, se proposait de célébrer les 70 ans de la naissance du Championnat du Monde de Formule 1. Hélas la pandémie du Covid 19 en a décidé autrement. Aussi sévère soitelle, l’épidémie n’a cependant pas mis à mal le plateau actuel, et 2021 va permettre aux amateurs de la discipline reine de disputer de véritables courses. Malgré les contraintes sanitaires du moment, plus de 90 concurrents sont présents. S.A.S. le Prince Albert II de Monaco a honoré le paddock de sa présence. A ses côtés, le Président de l’ACM, Michel Boeri, Michel Ferry (Vice-Président), Gery Mestre (Président de la Commission des voitures de collection) et Christian Tornatore (Commissaire Général), l’ont guidé dans les stands, puis au sein du paddock Quai Antoine 1er.

Avant de s’entretenir longuement avec René Arnoux et Jean Alesi, qui l’a accompagné pendant toute sa visite, le Prince Albert avait encouragé précédemment dans les stands le pilote monégasque Frédéric Lajoux, engagé dans la Série G, celle des monoplaces les plus récentes, sur une Arrows A1B de 1978…

SAS le Prince Albert II de Monaco, Jean Alési, Michel Ferry (Vice-Président – ACM ©Olivier Caenen

Et chaque plateau aura de quoi émerveiller passionnés et connaisseurs! La bataille au sommet des voiturettes (Série A), les iconiques Maserati 250F faisant face à une belle diversité de monoplaces à moteur (Série B), la richesse des Série C (Voitures de Sport) et D

ACM ©Olivier Caenen

(F1 des sixties), mais aussi le tiers de la Série E,composé de 12 cylindres (Ferrari, Matra et BRM), la Série F avec trois anciens pilotes de Grand Prix et un multiple vainqueur des 24 Heures du Mans et enfin,la Série G avec des F1 les plus récentes, diverses et très colorées…

ACM ©Olivier Caenen

La diversité et la richesse des plateaux vont même permettre de mettre à l’honneur la marque Ferrari et de célébrer ainsi,comme il se doit, la première victoire en  Championnat du Monde de Formule 1 obtenue par l’Argentin Froilan Gonzales en 1951 sur le circuit de Silverstone.

ACM ©Olivier Caenen

Ainsi, on aura le plaisir de voir courir quatre modèles ayant écrit les plus belles pages du sport automobile: La Dino 246,n°20 en Série B, pour témoigner de l’époque où les monoplaces de la marque italienne étaient équipées de moteurs avant. La voiture présente étant la dernière F1 à moteur avant, à avoir remporté un Grand Prix en l’occurrence celui d’Italie 1960 à Monza aux mains de Phil Hill.

ACM ©Olivier Caenen

En Série C, la 250 Mille Miglia de 1953 pour rappeler la seule année 1952 où les F1 ont été remplacées à Monaco par les Voitures de Sport. Les quatre (oui 4!!) types 312 en Série E (n°3/4/6/8) pour évoquer la période des premières F13LitresLes deux 312B3 en Série F, respectivement pilotées par Jean Alesi et René Arnoux (anciens pilotes officiels et vainqueurs dans leurs carrières respectives avec la Scuderia).

ACM ©Olivier Caenen

Pour cette sélection nonexhaustive, c’est la rareet du très exceptionnel qui attend les spectateurs, avec 7grilles de départ différentes et près de cent voitures toutes aussi exceptionnelles les unes que les autres, dotées d’un degré de conservation unique en son genre.

ACM ©Olivier Caenen

Pendant deux jours et demi, les concurrents vont ainsi partager leur passion pour la compétition au plus haut niveau, en situation de course réelle, avec les bruits et les odeurs qui caractérisent leurs voitures, confrontées à celles avec lesquelles elles concourraient jadis pour la victoire sur un circuit édifié au cœur de la Principauté de Monaco, dont le tracé, identique à 80% à celui de 1929, est encore et toujours utilisé aujourd’hui dans le cadre du Championnat du Monde FIA de Formule 1