écrit par Brigitte & JJ Rolland - © photos Brigitte Lachaud le 2 août 2018 0 Commentaire

Il n’est guère de plus beau lieu de Festival d’été que celui de Menton (06) Alpes-Maritimes. Perché au dessus de la mer, dominé par la façade et le clocher d’une merveille église baroque, protégé par le glaive séculaire de la statue de Saint Michel et recouvert par le ciel étoilé, le Festival accueille depuis plus de soixante ans les plus grands artistes classiques du monde.

Créé par André Borocz, le Festival de  Musique de Menton est l’un des plus anciens et prestigieux d’Europe.

Grande soirée, rien ne manquait : nuit douce, étoilée, pas de vent, une acoustique de rêve. 

Le concert d’ouverture du 69e Festival de Musique de Menton 2018, a eu lieu dans le cadre magique sur le parvis de la Basilique de Saint Michel Archange à Menton (06) Alpes-Maritimes ce 28 juillet, avec la toute première venue à Menton de Philippe Jaroussky contre-ténor, 

sur des airs d’Opéra de Haendel et Rossini, accompagnés par le plus prestigieux de la musique italienne ancienne du XVIIe siècle l’Ensemble Artaserse, qu’il fonda en 2002.

et Emöke Baràth la soprano hongroise. 

Cliquez sur l’image

 

L’Ouverture « Ariodante » a été crée en 1735 au théâtre du Covent Garden à Londres. Le livret est inspiré de « l’Orlando Furioso » de l’Arioste. Lors de la création, le rôle d’Ariodante était joué par le célèbre castrat italien Giovanni Carestini. 

Avec une maîtrise technique qui lui permet les nuances les plus audacieuses et les pyrotechnies les plus périlleuses, il a investi un répertoire extrêmement large dans le domaine baroque jusqu’à la virtuosité de Haendel et Vivaldi.   

Il est fait Chevalier des Arts et des Lettres en 2009. Un projet lui tenant particulièrement à cœur : l’Académie Musicale Philippe Jaroussky sur l’ïle Seguin à Boulogne-Billancaourt (92).

La jeune soprano hongroise  Emoke Barath  a fait ses débuts au Festival lyrique d’Aix-en-Provence dans le rôle-titre d’Elena de Cavalli, et reçoit les éloges unanimes de la presse. Une tournée avec Alcina aux côtés de Philippe Jaroussky à l’Opéra Royal de Versailles, à l’Opéra de Monte-Carlo, dirigé par Ottavio Dantone.

On pourra dire que l’air Guenièvre « Prenez cette main …. » (Acte I, scène 5) et « j’ai hâte d’avoir mille vies » (acte III, scène 10) tiré de l’œuvre « Ariodante » de Haendel, a vu deux protagonistes sur scène.

Devant une salle comble, et de vifs applaudissements pour cette finale remarquable, deux fois sollicitées.

Grande satisfaction pour le succès de la soirée par Paul-Emmanuel Thomas Directeur artistique du Festival et de Jean-Claude Guibal Maire de Menton, ainsi que toutes les Autorités présentes dans le public.

Philippe Jaroussky et Paul-Emmanuel Thomas.

Une soirée rare que celle de ce 28 juillet 2018, qui marquera la 69ème édition du Festival de Musique de Menton, à inscrire en lettres d’or dans le livre du Festival !


Translate »
error: Contenu Protégé !!!