Le 28 octobre 2020, le président de la République a décidé de prendre des mesures pour réduire à leur plus strict minimum les contacts et déplacements sur l’ensemble du territoire du 30 octobre au 1er décembre minimum. Un confinement national sera mis en place à partir de vendredi.

Le Premier ministre Jean Castex a annoncé jeudi le passage des Alpes-Maritimes, ainsi que de 37 autres départements, en zone “couvre-feu”. Ce classement emporte plusieurs conséquences, notamment l’interdiction de circuler sur la voie publique entre 21h et 6h du matin (sauf exceptions) et la fermeture de certaines catégories d’établissements, comme les bars et les salles de sport.Coronavirus, Couvre-feu : ce qu'il faut retenir de l'intervention de Jean Castex.

Personne ne peut plus en douter, l’instauration du couvre-feu dans 54 départements dont la totalité du territoire des Alpes-Maritimes pourrait être l’antichambre d’un second confinement.

Les nouvelles mesures annoncées par Jean Castex ne souffre d’aucune exception, même si l’évolution de l’épidémie dans les Alpes-Maritimes est encore sans commune mesure avec la situation marseillaise ou avec celle qui prévaut à Saint-Étienne.

Coronavirus, Couvre-feu : ce qu'il faut retenir de l'intervention de Jean Castex.

Si, sous conditions d’appliquer des protocoles sanitaires stricts, les restaurants pourront rester ouvert jusqu’à 21 heures, les salles de sport, les casinos, le salles de jeu, les foires, les fêtes foraines tout comme les bistrots devront tirer le rideau ce vendredi soir.

Outre l’instauration du couvre-feu à partir de ce vendredi soir – samedi à 0h00 -, les bars devront également fermer totalement pendant six semaines. Si des dérogations sont possibles, elles ne le seront que pour raisons de santé ou professionnelles ou pour l’assistance aux personnes vulnérables. Attention, ces dérogations ne seront valables que pour un durée d’une heure. Pas de jogging à la belle étoile et, pour ceux qui ont des animaux, la promenade du chien devra se faire avant 6 h et pas après 21 heures.

Lourdes amendes : Y déroger nous exposera à une amende de 135 euros, comme pendant le confinement. La récidive pourrait coûter 3.750 euros au récalcitrant. La mesure de couvre-feu est en fait un vrai copier-coller des restrictions qui avaient été imposées de la mi mars au 11 mai dernier.

En revanche, l’accent est mis sur la nécessité absolue de renoncer aux fêtes de familles et surtout aux fiestas clandestines réunissant plus de six personnes.

La feuille de route sanitaire est claire. Mais ce confinement à tiers temps – huit heures sur vingt-quatre – frappe de nouveau de plein fouet des entreprises, notamment les bars, les salles de sport et les dernières entreprises d’événementiel qui, déjà, malgré les aides de l’État, avaient atteint le seuil d’alerte économique maximum.

Courage !!! Du courage !!!

Sorties Média Presse s’associe à la douleur des familles des victimes de l’attentat dramatique survenu ce jour à Nice, dans la Basilique Notre-Dame.