écrit par Brigitte & JJ Rolland - © photos Brigitte Lachaud le 6 mars 2020 0 Commentaire

Le Salon International de l’Agriculture (SIA) s’est tenu  du 22 février au 29 février 2020, au Parc des Expositions de la Porte de Versailles, à Paris.

“L’Agriculture vous Tend les Bras”

Inauguré par le Président de la République — deux jours après être monté au front des négociations budgétaires de la Politique Agricole Commune — le Salon International de l’Agriculture 2020 a fermé ses portes samedi soir, avec 24 heures d’avance, en raison de l’épidémie du coronavirus. Il n’a pas connu la fréquentation habituelle. 

Ce Salon, la plus grande ferme de France, outre son importance pour la présentation des filières de l’Agriculture et de leur évolution, s’était donné pour objectif de retisser les liens avec le Monde Agricole, de donner l’envie d’avoir envie de rejoindre ce secteur économique.

C’est dans une ambiance de fête que les 485 000 visiteurs ont pu aller à la rencontre des agriculteurs et des 4000 animaux issus de 350 races; tels que : chiens, chats, poissons, lapins, veaux, vaches, cochons, couvées etc. et au défilé des vaches allant à la traite.

La traite des vaches

La 57ème édition du Salon a choisi son égérie parmi les charolaises.

L’heureuse élue, Idéale âgée de 6 ans, a été sélectionnée parmi les 175 vaches charolaises qu’élèvent Jean-Marie et Laurent Goujat sur leurs 187 hectares de prairie à Cours-la-Ville (Rhône). “On nous a demandé si on était partant, on a dit oui. On a mis en avant, dans notre candidature, nos paysages, notre élevage extensif”.

Constance pose fièrement à côté de la charolaise Noces d’Or, primée lors du concours général agricole 2020.

Idéale, la vache égérie du charolais, est aussi l’emblème d’un secteur en crise. Plus que jamais, le Salon a souhaité refléter une agriculture proche de la réalité que vit une majorité d’agriculteurs qui ont vraiment le blues au cœur. Le film “Au Nom de la Terre“, réalisé par Edouard Bergeon, nous fait réfléchir sur ce grand nombre d’agriculteurs éleveurs, qui ont l’ambition d’agrandir leur exploitation, coûte que coûte.

L’ambition des éleveurs d’Idéale est de promouvoir la race charolaise, mise en concurrence avec des produits étrangers dont on ne veut pas en France. Ils précisent aussi que “(leur) filière respecte l’environnement, et les animaux”.

Actuellement, les agriculteurs s’estiment dénigrés, déconsidérés, c’est l’”agribashing”. L’agriculteur est accusé d’être responsable du réchauffement climatique, de la malbouffe, du non-respect du bien-être animal, de l’extinction de la biodiversité, de l’appauvrissement des sols… Cet “agribashing” conduit à affaiblir l’image que l’agriculteur peut avoir de lui-même, avec son revenu ou sa pension vieillesse parmi les plus faibles. Toutes ces causes font de l’agriculture la profession au plus haut taux de suicide.

Comme en ce 22 Octobre dernier devant les préfectures, comme le 27 Novembre suivant sur les Champs Elysées devant les boutiques de luxe, au cri de «Macron réponds nous», les agriculteurs ont fait entendre leur détresse au Salon, lors de la visite du Président de la République. Les motifs d’interpellation étaient nombreux : sur-transposition de règlements, su-transposition des règles européennes, accords de libre-échange, retard de paiement des aides européennes, les zones de non-traitement au pesticide.

La réglementation sur l’épandage de pesticides, à moins de 5 ou 10 mètres des habitations et des établissements scolaires, doit recevoir son application au cours de l’année. C’est un manque à gagner pour l’agriculteur. La crise sociale française s’est également invitée au Salon, certains «gilets jaunes» ont donné de la voix.

L’agent de sécurité au bord de la crise de nerf

Comme Jacques Chirac, Emmanuel Macron est un parfait marathonien du Salon International de l’Agriculture, dégustant, sirotant, se laissant photographier en mode selfie. Il épuise son service de sécurité.  

Les agriculteurs ont aussi un espoir, une passion communicative et des ambitions.

“Rien n’est permanent, sauf le changement”, le monde agricole doit relever ce défi. Jean-Luc Poulain, Président du Salon, reste confiant sur cet avenir “l’agriculture est une passion qui a des ambitions”. L’agriculture sait et saura se donner les moyens de ses ambitions.

A ce jour, la France dispose d’un Etablissement scientifique et technologique, l’INRAE. Deuxième institut au monde, l’Institut National de Recherche pour l’Agriculture, l’alimentation et l’environnement, placé sous la double tutelle du Ministre de l’Agriculture et du Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche a notamment pour mission la recherche pour une alimentation saine et de qualité, une agriculture compétitive et durable, et un environnement préservé et valorisé.

En visitant les différents halls du Salon, les visiteurs ont pu prendre conscience du défi du monde ou des mondes agricoles; devant de telles innovations, une telle mutation, de tels encouragements, pourquoi ne pas s’engager vers “une agriculture qui vous tend les bras”.

Philippe Mauguin, Présdient de l’INRAe – Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche – Christiane Lambert, Présidente de la FNESA

Aller au Salon International de l’agriculture, c’est aussi découvrir et déguster les produits des terroirs français et du monde. Les visiteurs se sont pressés aux dégustations gratuites de lait, de viande et de charcuterie ; des produits issus de nos régions. Au cours de ces opérations de notoriété, Lidl explique aussi respecter la loi Agriculture et Alimentation, qui a pour but d’améliorer le revenu des agriculteurs français et favoriser la montée en gamme de leurs produits.

Le stand envahi par gourmands et gourmets  

Les gourmets ont pu amener leurs papilles vers les produits primés au Concours Général Agricole qui a fêté ses 150 ans. Créé en 1870, le Concours Général Agricole encourage et valorise les filières agroalimentaires françaises. On parle trop peu d’exception agricole française, a commenté Emanuel Macron. “Cependant les intérêts vitaux de la France ont une dimension européenne, précise-t-il.

Au Concours Général Agricole, nous récompensons la maîtrise, le savoir-faire et la passion explique Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Didier Guillaume Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation

Les exposants ont également attiré le grand public par leurs ateliers, afin d’expliquer et faire partager leur savoir-faire. Concours de découpe de poissons, produits de pêche française.

Concours de découpe de poissons, produits de pêche française. Le stand a reçu le Grand Prix du SIA pour la meilleure animation. 

Nos compagnons à quatre pattes étaient aussi présents au Salon.

Les chiens avaient leur concours depuis de nombreuses années. Les chats de race ont leur compétition, seulement depuis deux ans, au plus grand plaisir des visiteurs. Le chat est l’animal de compagnie préféré des Français. 28% des Français en possèdent au moins un.

Chartreux, lauréat au Concours Général, portant fièrement sa distinction tricolore.

Que l’on préfère les chiens ou les chats, une chose est sûre : les animaux de compagnie améliorent le moral des humains.

Couple de caniche classé 3ème au Concours Général

 

 

Rédactionnel et Photos 2019/ 2020 Daniel Parvery

 

 

 

 


Translate »
error: Contenu Protégé !!!
%d blogueurs aiment cette page :